Société

Attentats du 13 Novembre 2015, 4 ans à peine et la raison n’a pas progressé – Réflexions sur des comparaisons incomparables

Difficile de faire acte de raison lorsque les passions se déchaînent. La date anniversaire du Bataclan et Paris se met en écho avec la manifestation contre l'islamophobie du 10 novembre. Suite à cette manifestation une polémique est apparue au sujet du port d'étoiles jaunes. Ceci nous conduit à nous interroger sur le bien-fondé de la comparaison qui est faite par certains entre la situation des musulmans d'aujourd'hui et celle des juifs d'hier.

13 novembre 2015, Stade de France, terrasses de cafés et de restaurants à Paris, salle de spectacle du Bataclan, une nuit d’attaques terroristes revendiquées par DAESH. Des victimes dépassant le millier : 131 morts, 413 blessés et un nombre indéterminable de traumatismes psychiques, de vies détruites et de proches endeuillés.

Des attentats il y en a eu d’autres malheureusement, école Ozar Hatorah, Charlie Hebdo, Hyper Casher,… la liste est longue : mais aujourd’hui est le triste anniversaire de cette nuit.

Aujourd’hui est aussi 3 jours après la marche contre l’islamophobie.

Les deux événements se percutent c’est indéniable.

Nous n’aborderons pas :

  • le terme discutable d’islamophobie qui conduit à un essentialisme regrettable,
  • les motivations globales des uns ou des autres,
  • les réserves lues dans la presse sur certains des organisateurs,
  • les tergiversations politiques de la gauche à qui certains reprochent de se contredire et d’être prise entre clientélisme et gaufres au sucre,
  • la valse-hésitation de ceux et celles qui signent et n’y vont pas ou ne signent pas mais y vont,

Bref, beaucoup sont gênés aux entournures mais ce ne sera pas notre propos et vous trouverez en ligne un très grand nombre d’articles et d’analyses de ces points particuliers.

Juifs en 1930 et musulmans en 2019, comparer n’est pas argumenter

Comme toujours, ce qui nous gêne aux Chroniques de Kindunos c’est lorsque les faits sont malmenés ou lorsque les biais envahissent et confisquent le débat car c’est alors le danger qui menace la raison.

Qu’un racisme « anti-arabe » old school se recycle dans l’anti-islamisme politique pourtant nécessaire est indéniable : la bête immonde cherche par le discours rationalisant les moyens de sa dissimulation et de sa respectabilité.

Mais ce qui nous a particulièrement interpellé c’est l’antienne, déjà ancienne (…), dans le contexte de la marche contre l’islamophobie qui voudrait que la situation des musulmans aujourd’hui soit comparable avec celle des juifs dans les années 30 c-a-d avant la seconde guerre mondiale et que des lois liberticides aient été promulguées en France :

« Depuis des années, les actes qui les visent s’intensifient : qu’il s’agisse de discriminations, de projets ou de lois liberticides […] » in Libération, 01/11/2019, appel : « Le 10 novembre, à Paris, nous dirons STOP à l’islamophobie ! »

Capture d’écran France Info
Capture d’écran Le Point (NDLR : anonymisation des personnes qui ne sont pas des personnalités par nos soins)

Alors certes, ce n’est pas une étoile de David à proprement parler mais une étoile à 5 branches avec un croissant, plus proche d’un certain registre symbolique de l’Islam, mais la couleur jaune et le discours ambiant ne peuvent laisser la place au doute quand au procédé comparatif.

Alors, allons y pour la comparaison.

Lois liberticides et Lois de la République Française

La situation est-elle vraiment comparable avec celle des juifs durant les années 30 ?

1935, les lois de Nuremberg

En 1935, avaient été promulguées les lois de Nuremberg dont 2 des 3 textes visent les juifs :

  • la loi sur la citoyenneté du Reich,
  • la loi sur la protection du sang allemand et de l’honneur allemand,
Loi sur la protection du sang allemand et de l’honneur allemand (source Wikimedia Commons)

Les lois de Nuremberg sont sûrement les plus célèbres, il est instructif de les regarder plus en détails :

La loi sur la citoyenneté du Reich est particulièrement éclairante dans son paragraphe 2 – 1 :

Un citoyen du Reich est un ressortissant de l’Etat de sang allemand ou apparenté, qui prouve par sa conduite qu’il est désireux est sincèrement disposé à servir le peuple allemand et le Reich.

Le sang allemand est la condition première de la citoyenneté, qui dès lors lui ouvre tous les droits associés. Les juifs sont de fait exclus de ces droits accordés aux citoyens du Reich.

Les choses sont-elles comparables ? Non, il est garantit en France l’égalité des droits :

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »

Constitution du 4 octobre 1958, article premier.

La loi sur la protection du sang allemand et de l’honneur allemand annonce les choses dès son titre :

  • § 1-1: Les mariages entre Juifs et nationaux de l’Etat allemand ou de même nature, sont interdits. Les mariages néanmoins conclus sont nuls et non avenus, même s’ils ont été conclus à l’étranger pour circonvenir à cette loi. […]
  • § 2 : Les relations sexuelles hors mariage entre des Juifs et les ressortissants de l’Etat allemand ou de même nature, sont interdites.
  • § 3 : Les Juifs ne peuvent employer de domestiques féminins de sang allemand ou de même nature, de moins de 45 ans.
  • § 4-1 : Il est interdit aux Juifs de faire flotter un drapeau du Reich ou un drapeau National, ainsi que d’arborer les couleurs du Reich.
  • § 4-2 : Par contre, ils sont autorisés à arborer les couleurs juives. L’exercice de ce droit est protégé par l’Etat.
  • § 5-1 : Toute personne qui contrevient à l’interdiction du paragr. 1 sera puni de prison et de travaux forcés.
  • § 5-2 : Un homme qui enfreint l’interdiction du paragr. 2 sera puni de prison avec ou sans travaux forcés.
  • § 5-3 : Toute personne contrevenant aux dispositions des paragr. 3 ou 4 sera punie d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à un an et d’une amende, ou de l’une de ces deux sanctions.

Faut-il vraiment développer pour montrer que ni de près ni de loin ne se retrouve en France aucun dispositif ne serait-ce que comparable ou approchant ?

1933-1939, liberticide j’écris ton nom

Les dispositions liberticides à l’encontre des juifs et d’autres se sont multipliées dans la décennie précédant la seconde guerre mondiale.

Ce qu’il faut imaginer c’est à quel point « les discriminations et les projets ou les lois liberticides » se sont multipliés : dans l’organisation du Reich, le gouvernement nazi donnait les orientations par la loi, mais les gouvernements locaux pouvaient aussi légiférer et promulguer des règlements touchant d’autres domaines.

A titre d’exemple :

  • Avril 1933 : loi allemande sur la réglementation de l’accès au barreau excluant les Juifs de la profession d’avocat,
  • Avril 1933 : loi allemande sur la restauration de la fonction publique avec son paragraphe 3 dit paragraphe aryen permettant entres-autres de révoquer les fonctionnaires non aryens,
  • Avril 1933: boycott des commerces tenus par des Juifs,
  • Octobre 1933 : interdiction aux Juifs en Allemagne de publier des journaux,
  • Janvier 1937 : diverses lois interdisant aux juifs l’exercice de très nombreuses professions : comptables, restaurateurs, pharmaciens, banquiers, infirmiers,…
  • Janvier 1937 : suppression des allocations familiales pour les Juifs,
  • Juillet 1938 : loi obligeant les Juifs à cesser toute activité commerciale, interdiction aux médecins juifs d’exercer,
  • la liste est vraiment trop longue…

Encore une fois, inutile de développer pour expliquer qu’affirmer que la situation des musulmans aujourd’hui et comparable à celle des juifs dans les années 30 n’est pas fondé.

Ce qu’il faut réaliser surtout, c’est que les démarches liberticides ne le sont pas à moitié, les juifs n’étaient pas les seuls visés. Quelques exemples :

  • Février 1933 : Incendie du Reichstag,
  • Mars 1933 : loi sur les pleins pouvoirs accordés à Hitler pour quatre années,
  • Avril 1933 : interdiction des activités des Témoins de Jéhovah,
  • Juin 1933 : semaine sanglante de Köpenick, les S.A. se livrent à des arrestations, des tortures et des exécutions sommaires sur les communistes et les socios-démocrates (90 morts, 500 arrestations),
  • Juillet 1933 : loi sur le parti Nazi unique. Tous les autres partis sont interdits, de nombreuses personnalités sont arrêtées.
  • Août 1935: interdiction de tous les ordres francs-maçons,
  • Juin 1936 : circulaire du ministre de l’Intérieur de Prusse et du Reich contre le fléau tzigane
  • Juillet 1936 : création d’un camp de Tziganes à Marzahn,

En quoi de près ou de loin pouvons nous comparer les deux époques sur le comportement des états et surtout affirmer qu’il existe des similitudes structurantes ? La somme des affirmations les plus diverses et péremptoires qui nous sont déversées chaque jour par les tenants d’une conviction ou d’une autre témoigne largement du contraire.

Si l’accusation de liberticide était à moitié fondée, alors les francs-maçons, juifs, bouddhistes, autonomistes, indigénistes et autres intersectionnels victimes des schèmes coercitifs d’un habitus délétère (merci Bourdieu) seraient réduits au silence et la violence ne serait pas que symbolique !

Et l’air du temps ?

L’air du temps est au doute et à la méfiance, c’est certain après plusieurs centaines de morts et de blessés ces dernières années en France et en Europe dans des attentats perpétrés au nom de l’Islam et des couvertures médiatiques contradictoires.

Toute la difficulté est de ne sombrer dans la paranoïa ni dans l’angélisme et comprendre que la masse n’est pas quelques individus.

Il est très regrettable de constater que le Ministre de l’Intérieur M. Castaner explique les signaux faibles devant éveiller la vigilance avec la même subtilité que les Inconnus expliquant la différence entre le bon chasseur et le mauvais chasseur.

Nous ne pouvons alors que constater que de l’eau au moulin est apportée aux tenants victimaires.

C’est très justement que le CCIF, écrit dans un article du 11/11/2019, en recalant les éléments de comparaison dans « Peut-on comparer musulmans et juifs » : « La comparaison aujourd’hui se fait sur les discours répandus […] qu’avant qu’il n’y ait extermination il y a eu des discours de rejet, des processus d’exclusion et des campagnes de diabolisation, qui prennent racine bien avant 1930« .

Qu’on soit d’accord ou non avec le CCIF, on ne peut que reconnaître qu’il est nécessaire de garder la tête froide lorsque se répandent les thèses complotistes offrant des cadres de lecture faciles à la complexité du monde. Les boucs émissaires sont facilement désignés lorsque les crises stimulent les réactions xénophobes.

C’est le processus qui avaient été à l’oeuvre à l’encontre des juifs et c’est l’enseignement qui doit en être tiré : le complotisme étouffe la raison mais surtout, lorsqu’on crie au complot s’interroger à qui profite la dénonciation.

Ainsi, la femme voilée qui aujourd’hui se fait agresser dans un restaurant parce que voilée présente bien des similitudes avec celle juive, dans les années 30, qui se faisait jeter au cours de son déjeuner une tasse de café au visage parce que juive (anecdote tirée de : Revue d’Histoire de la Shoah 2013/1 (N° 198), Les années 1930 en France : le temps d’une radicalisation antisémite, Emmanuel Debono).

Cependant, la comparaison s’arrête là : toutes deux ont été victimes de cons racistes. Dans le second cas un antisémitisme systémique était à l’oeuvre, alors que dans le premier il n’est pas établi qu’une islamophobie systémique existe.

Et il faut tout faire pour que cette islamophobie systémique n’existe pas ! Les clivages actuels en seraient insurmontables.

Pascal Bruckner avait écrit un livre remarquable en 1995 : « La Tentation de l’innocence« , il y disait :

« J’appelle innocence cette maladie de l’individualisme qui consiste à vouloir échapper aux conséquences de ses actes, cette tentative de jouir des bénéfices de la liberté sans souffrir aucun de ses inconvénients. Elle s’épanouit dans deux directions l’infantilisme et la victimisation. […] l’infantilisme culmine dans la figure de l’immature perpétuel. […] la victimisation s’incarne la figure du martyre autoproclamé. »

La tentation de l’innocence est vraiment le danger qui menace aujourd’hui le monde et, bien évidemment, il est confortable de recourir à l’étalon du malheur qu’a été celui vécu par les juifs : pour les uns en s’y comparant et pour les autres en évoquant la montée de nouveaux fascismes comme dans les années 30. Pour autant, nous sommes d’accord, le privilège du malheur n’appartient à personne, mais les comparaisons abusives nuisent à la spécificité des causes qu’elles veulent défendre, les décrédibilisent et créent des fractures ne profitant qu’aux entrepreneurs du malheur.

Pour sortir de l’ornière : les faits, juste les faits et recourir aux enseignements de l’histoire.

Ensuite… comment les analyser ? comment les interpréter ? Seuls le dialogue responsable, et l’absence de provocations ou d’effets de podium qui ne sont propres à aucun bord spécifique peuvent permettre d’avancer, et surtout un principe à ne jamais oublier :

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »

Constitution du 4 octobre 1958, article premier.

Pour notre part, nous constatons que l’exercice de la raison n’a pas beaucoup avancé depuis 2015 : les clivages sont de plus en plus forts et les passions marquées. De même, parler de lois liberticides pour la France est injustifié, irresponsable aussi car cela jette de l’huile sur le feu. La sécurité sera assurée tant que la constitution aura son préambule et que les gens pourront s’exprimer. Bien-sûr il ne faut jamais que la vigilance citoyenne se relâche. Recourir au pathos et aux comparaisons déplacées est malvenu voire indécent, et nous sommes persuadés que même pour la période avant 1930, les comparaisons qui ont été avancées ne peuvent être justifiées.

(2 commentaires)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :